Insert your custom message here. fermer ×
+

Interview Dougy & The Peace Defendaz

Photographie ©Emilie MAGE_DSC_0231

Vous n’avez peut-être pas encore entendu parler du tout jeune groupe bordelais  » The Peace Defendaz « , qui s’est formé il y a à peine plus d’un an maintenant, et qui commence à être présent sur quelques unes des scènes de la région. Riches de leurs nombreuses influences musicales, les Peace Defendaz nous offrent une musique communicative, mettant un point d’honneur au plaisir du partage que la musique inspire. Ayant remporté le tremplin du Kid’s Show Festival 2015 et partagé la scène avec l’incontournable Yaniss Odua en septembre dernier, le groupe prend aujourd’hui le temps de laisser place à la création afin de nous concocter un premier EP sauce Reggae… Retour en palabres sur l’histoire de la création du groupe !

Photographie ©Emilie MAGE_DSC_0034Salut les gars, pouvez-vous me raconter en quelques mots comment s’est créé le groupe ?

On s’est rencontrés au CIAM ( école de musique à Bordeaux ) l’an dernier, on était tous élèves là-bas et on avait envie de monter un groupe de Reggae. On nous a parlé d’une première partie de Sinsemilia, et ça nous a motivé pour monter le groupe The Peace Defendaz, dans lequel il nous manquait un bassiste (Ben), et des choristes. On a énormément travaillé tous ensemble, on s’est mis une grosse pression, surtout parce qu’il fallait présenter des compos et qu’on ne se connaissait pas forcément en tant que musiciens… donc le temps était compté… C’était un peu le bordel pour les premières répèt’ ! Mais on avait une base solide, l’album de Dougy, qu’on a repris à notre sauce.

Vous arrivez tous de milieu reggae, ou certains ont d’autres influences ?Photographie ©Emilie MAGE_DSC_0958

Pas du tout ! Y’a Calu ( 2e voix ) et Ben ( basse ) qui viennent du Métal, Benjamin ( guitare ) qui vient du Trip-hop, Punk, Rock, Edward ( clavier ) qui est un peu plus jazzy…

Toutes ces influences, vous essayez de les mettre en avant dans votre musique ?

En quelques sortes, oui. On a récemment inclu un peu de métal à la fin de notre set, et on utilise des petites touches par ci par là, des sons latino, mais rien que Bob Marley n’a jamais fait … C’est-à-dire qu’on essaie de plaire à un public rock autant qu’à un public reggae. Mais on pense en rajouter de plus en plus : on ne s’impose pas de règles spécifiques, on a une base reggae et on construit autour, on fait juste en sorte que ce soit cohérent. On a aussi l’apport du violon, qui s’est fait un peu par hasard parce qu’on s’entendait bien avec Mélanie, et au final ça donne vraiment une petite touche particulière.

Photographie ©Emilie MAGE_DSC_0216

Quels messages essayez-vous de faire passer à travers votre musique ?

En fait, plus qu’un message, on souhaite établir un partage avec le public. On est là pour les gens comme les gens sont là pour nous. C’est une symbiose, presque un langage, un dialogue. Il faut qu’on arrive à transmettre notre musique aux gens pour qu’on arrive réellement à jouer notre musique comme on veut. C’est aussi pour ça qu’on n’est pas restés dans les barrières du Reggae et qu’on a ajouté notre touche, pour que ça plaise à plus de gens et qu’on puisse partager avec un maximum de personnes. Y’a pas de public spécifique, c’est « les personnes », on veut juste que ce soit la fête ! Même quand y’a 4 personnes, ça peut être complètement fou ! On joue aussi dans le cadre de concerts caritatifs, c’est des moments super forts et pour lesquels on est prêts à se battre, les gens sont hyper réceptifs et proches de nous, ce sont de vrais moments de partage… les gens viennent même te demander ton histoire à la fin du concert.

Où en sont vos projets ? Vous pensez bientôt sortir un EP ?

Quand on a monté le groupe, comme on devait agir rapidement, on a repris l’EP de Dougy ( 1ère voix ), et on l’a enrichi avec l’énergie du groupe on l’a travaillé aussi pour la première partie de Yaniss Odua ( Cf Tremplin du « Kid’s Show Festival », grâce auquel le groupe a pu gagner la possibilité d’assurer la première partie de Yaniss Odua le 12 septembre 2015 ). On a pu travailler cette base bien solide et maintenant on veut laisser place à la création. On a déjà commencé avec des riddims de Finn ( batterie ), et on va se mettre à la création spontanée tous ensemble, ce qui va peut-être nous permettre de sortir un EP, on y pense déjà, y’a déjà le clip de « Simplicité » qui va sortir en début d’année, et on a quelques chansons qu’on pourrait déjà mettre dessus. On veut être prêts pour l’été prochain, avoir un set d’1h30 à peu près, avec quelques nouveaux morceaux.

On pourra vous suivre sur scène d’ici là ?

Ouais carrément, tout n’est pas encore fixé pour le moment mais on est en train de finaliser ça, et la scène va être importante pour nous aider sur la mise en forme de l’EP. En attendant il y a le clip live de « One Dream » – pas encore enregistrée en studio – qui vient de sortir, c’est un titre qu’on avait joué sur le Kid’s Show Festival. Il y a aussi le titre « Matter of faith » qui est dispo sur l’album de Dougy, et pour le reste, rendez-vous d’ici deux mois !

Un petit mot pour la fin ?

Oui, si vous voulez mieux nous connaître, allez faire un tour sur notre page facebook où il y a une présentation de chaque musicien, et sur laquelle vous pourrez apprendre à connaître un peu mieux chaque personne !

Emilie M



No Response

Laisser un commentaire


Pas de commentaire..

Laisser un commentaire