Insert your custom message here. fermer ×
+

Interview Stand High Patrol

DSC_0171

Stand Hight Patrol et son flow si particulier, imité mais pas encore égalé, vient de sortir son 2éme album « A Matter Of Scale ». Pupajim et son timbre de voix si spécial, quasi enfantin, nous transporte sur un rythme plus posé que sur le précédent opus.
Les bretons du Stand High Sound, toujours aussi puissant, s’imposent comme étant les maîtres de la discipline Rub-a-Dub, nous plongeant dans leur univers teinté de musiques jamaïcaines et de grosses basses bien posées, bien lourdes…
Salut les garçons, nous nous trouvons ce soir [ndlr : 11 avril 2015] au Bagus Bar où vous jouez en Dj Set. Pour débuter cette interview, j’aimerais que vous nous parliez de votre nouvel album…

DSC_0181

Rootystep – Mac Gyver – Merry

Si vous deviez le décrire, que diriez-vous ?
Rootystep : C’est toujours dans la continuité du Rub-a-Dub… Essayer d’avoir plein d’influences et de les retranscrire. Donc notre album est cette fois-ci un peu plus jazzy, Reggae-Dub toujours et influencé Bass Music aussi.
Mac Gyver : Il est dans la même démarche que le premier qui est un mélange d’influences composées un peu comme on compose un live. C’est à dire qu’on commence doucement et on finit par des choses plus expérimentales.

Qu’est-ce qui vous a inspiré pour sa composition ?
RS : C’est un mélange de morceaux qu’on a déjà essayé en live et qui ont bien fonctionné et aussi qui ont été créés spécialement pour l’album afin d’avoir quelque chose de cohérent sur l’ensemble.
Mc G : Après ce qui nous a inspiré, ça a été le jazz. Pupajim a écouté beaucoup de jazz depuis 3 ans et comme il a eu de l’inspiration en écoutant ça lors de l’écriture, c’est forcément ressorti sur l’album. Il a réussi à le marier avec la vibes Reggae et Rub-a-Dub.

DSC_0422

Mac Gyver

Qu’avez-vous voulu dire par « Matter Of Scale » [Ndlr : Une question d’Echelle] ?
Mc G : « Scale » est un mot qui veut dire « une portée » en musique. C’est aussi une manière de voir beaucoup de choses comme les petits détails mais aussi prendre du recul pour voir et comprendre l’ensemble d’un sujet en mettant en perspective la musique ou la composition. Ca peut aussi parler sur nos vies, sur le temps, l’espace géographique… Il y a beaucoup d’applications aux échelles qui correspondent à des choses qui nous font réfléchir.

DSC_0351

Rootystep

Pouvez-vous nous parler un peu de la jaquette (Qui l’a faite ? Que signifie-t-elle ? ) ?
RS : C’est Kazy Uscles, un artiste nantais qui a fait la jaquette. En fait, il nous suit depuis le début et c’est lui qui a fait toutes nos couvertures. C’est quelqu’un qu’on apprécie beaucoup. On lui laisse carte blanche pour faire les choses et tout ce qu’il nous a fait, a toujours été juste par rapport à notre démarche.
N’hésitez pas à aller voir ce qu’il fait, c’est un super artiste… Il fait aussi du graffiti !

Hormis la promo et la tournée, avez-vous d’autres projets en cours ensemble ou en solo ?
Mc G : On a pensé à produire des nouveaux morceaux pour jouer en live mais pas exactement l’album. On l’a tellement écouté quand on l’a mixé, qu’on essaie de le réinterpréter. On garde certaines instrus pour en faire des dubplates avec d’autres chanteurs ou enregistrer d’autres versions…
RS : Après, on a des projets de scénographie qu’on a développés depuis 3 ou 4 lives. On a du mapping [ndlr : fresque lumineuse] et un décor sur scène. On va faire un set aux « Vieilles Charrues » comme ça. C’est aussi des images de Kazy qui sont projetées et une collaboration avec un artiste qui s’appelle Bou, qui vient de Genève, et qui fait toutes les installations au niveau du mapping.
C’est toujours en continu… On expérimente en permanence… On n’a pas vraiment de calendrier !

DSC_0299

Merry

Si vous deviez choisir un endroit pour donner un concert, quel serait-il ?
RS : Ca serait de pouvoir refaire un concert au Vauban à Brest où on avait notre résidence Rub-a-Dub… Un retour aux sources !
Mc G : Ce sont de bons souvenirs… Après, il y a eu un peu trop de monde qui restait dehors parce que c’était complet et ça causait quelques petits problèmes [rires]. On aimerait retrouver cette ambiance toute en simplicité !

Un message à faire passer à vos massives du sud-ouest et d’ailleurs ?
RS : Continuez à soutenir des lieux comme le Bagus qui se prennent la tête pour essayer d’organiser des concerts. Il y a de moins en moins de café-concerts et c’est de plus en plus difficile avec les autorités si tu n’es pas un gros truc. D’où l’ambiance de ce genre de lieux. C’est quelque chose qu’on aime bien… On sent plus les gens… C’est festif !

Roxane



1 Responses

Laisser un commentaire


  • avoir on

    Bonne intw. La même sans les fautes et c’est parfais


Laisser un commentaire